Conseils et astuces

Comment rempoter des plantes d’intérieur – étape par étape

L’un des soins essentiels des plantes d’intérieur est leur rempotage dans un substrat frais et dans un plus grand pot. Dans la plupart des cas, le printemps est le meilleur moment pour le faire. Comment rempoter des plantes d’intérieur sans faire d’erreur ? Comment prendre soin des fleurs en pot après rempotage ? Voici un guide qui vous aidera étape par étape.

ÉTAPE 1. CHOIX DU MOMENT DU REMPOTAGE DES PLANTES D’INTÉRIEUR

Vous vous demandez quel est le bon moment pour rempoter des plantes d’intérieur ? Il existe plusieurs règles qui vous aideront à déterminer si le moment est propice à cette opération. Les signes montrant que votre plante a immédiatement besoin de terre fraîche et d’un nouveau pot sont : les racines qui poussent en dehors du pot ou par les trous au fond du pot, l’absence de nouvelles pousses au printemps, la chute ou le jaunissement des feuilles, l’absence de floraison ou encore le mauvais aspect de la plante dans sa globalité. Bien sûr, inutile d’attendre l’apparition de tous ces symptômes pour prendre action – en général, le rempotage doit être effectué une fois par an ou tous les deux ans au printemps (de février à avril), au moment où les plantes ne fleurissent pas encore.

Le rempotage concerne généralement les jeunes plantes en pot à croissance intense, qui consomment rapidement les nutriments du sol et prolifèrent. Il en est de même pour les espèces à croissance rapide (telles que l’epipremnum, le chlorophytum, le lierre, le ficus, la monstera). Les plantes plus âgées peuvent être rempotées tous les deux ans, et dans le cas des plantes de très grande taille, difficiles à enlever du pot, il suffit de changer la couche supérieure de terre au printemps. Quand rempoter les plantes d’intérieur que vous venez d’acheter ? De préférence très rapidement après votre achat – le substrat dans lequel elles sont vendues est souvent de qualité insuffisante.

ÉTAPE 2. PRÉPARATION DU LIEU POUR LE REMPOTAGE ET LES POTS

Le rempotage des plantes est une opération qui prend beaucoup de place et qui est souvent synonyme de désordre. Par conséquent, avant de commencer, il est très important de bien préparer son espace de travail. Il est préférable de se munir d’une bâche en plastique ou de vieux journaux qui, une fois déployés, protégeront le dessus de table, le plan de travail ou le sol sur lesquels vous allez placé les outils nécessaires et les plantes. Qu’est-ce qui sera utile pour rempoter les plantes ? De la terre fraîche pour les plantes en pot et – pour certaines espèces – de l’argile expansée, du gravier, du sable ou de la tourbe. Un jardinier amateur peut également s’équiper d’un tablier, de gants, de ciseaux bien coupants, d’un couteau et bien sûr de pots.

Les plantes en pot doivent être rempotées dans un pot plus grand d’une taille ou deux, avec des trous au fond. Dans le cas de petites plantes, un diamètre supérieur de 2-3 centimètres suffit, pour les plus gros spécimens, le diamètre doit être de 5 à 10 centimètres plus grand. Une erreur courante lors du rempotage de plantes consiste à les placer directement dans le cache-pot au lieu du pot. Quelle est la différence entre les deux ? Le cache-pot n’a pas de trous au fond pour évacuer l’eau d’arrosage. Il ne sert qu’à dissimuler les pots moins décoratifs avec leur soucoupe. Si vous plantez une plante directement dans un récipient sans trous, ses racines peuvent commencer à pourrir avec le temps et la plante risque de périr.

ÉTAPE 3. PRÉPARATION DU SUBSTRAT POUR LE REMPOTAGE

La chose la plus importante lors du rempotage de plantes d’intérieur est le choix du substrat dans lequel elles vont pousser. Peut-on utiliser de la terre de jardin pour faire pousser des plantes en pot ? Cela n’est pas recommandé – la terre de jardin peut être contaminée par des graines, des mauvaises herbes ou d’autres impuretés, être infertile et avoir un pH inadapté à vos fleurs domestiques. Le meilleur choix pour les amoureux de la jungle urbaine est de préparer soi-même le substrat pour les plantes, compte tenu de leurs besoins spécifiques. Cependant, si vous n’avez pas l’envie ni le temps de préparer vous-même le support de culture, vous pouvez acheter des mélanges prêts à l’emploi adaptés à des groupes spécifiques de plantes.

Quel substrat choisir pour ses plantes d’intérieur ? Pour créer vous-même des mélanges, préparez : de la terre prête à l’emploi pour les plantes d’intérieur, qui contient des nutriments, de l’argile expansée pour décompacter le substrat, du sable, du gravier (facultatif) et de la tourbe pour acidifier la terre. Les plantes succulentes et les cactus se sentent mieux dans un substrat fortement perméable, riche en argile expansée, gravier et sable. Les yuccas et les palmiers préfèrent un mélange de tourbe et de sable, tandis que les fougères, les Dieffenbachias, les pépéromies, les anthuriums, les dracaenas ou les tradescantias préfèrent un substrat légèrement acide, composé de terreau et de tourbe. Les sols argileux conviennent aux plantes peu exigeantes, telles que le papyrus ou le kalanchoé. La bonne nouvelle est que la plupart des plantes peu exigeantes s’adaptent aux substrats communément disponibles pour les plantes en pot, qui sont généralement un mélange de terreau et de tourbe.

ÉTAPE 4. ARROSAGE, RETRAIT DE L’ANCIEN POT ET EXAMEN DES RACINES

L’une des opérations importante avant de passer au rempotage est d’arroser abondamment les plantes. Le trempage du substrat et des racines quelques heures avant le rempotage facilitera le retrait de la motte de racines de l’ancien pot. Le démêlage des racines sera, lui aussi, plus facile. Comment retirer une plante de son pot sans l’endommager ? Cela dépend en grande partie de la taille de la plante, ainsi que de la fragilité de ses feuilles et de ses tiges. La méthode la plus simple consiste à incliner légèrement le pot et à faire glisser doucement la motte entière. Si la motte est coincée, vous pouvez décompacter la terre autour du bord du pot avec un couteau.

Il arrive parfois que les racines aient dépassé les trous du pot – essayez, si possible, de les faire passer doucement à travers. Sinon, coupez-les. Après avoir été retirée la plante de son pot, la motte doit être débarrassée du surplus de terre, desserrée et démêlée (surtout si plusieurs plants ont poussé ensemble dans le pot). C’est le bon moment pour faire le tri des racines. Les racines sèches, cassées et pourries doivent être éliminées – de préférence à l’aide d’un couteau bien tranchant ou de ciseaux. Il en va de même pour les racines très longues – les tailler stimulera la croissance de la plante.

ÉTAPE 5. REPRODUCTION D’ANCIENNES PLANTES ET TAILLE

Le rempotage printanier des plantes en pot est le bon moment pour séparer les plantes plus âgées en petites boutures, en en extrayant les drageons. Vous pouvez alors prélever les boutures supérieures pour les remettre en terre – soit un morceau de pousse incluant au moins un nœud (par exemple pour les monsteras, scindapsus, hoyas), soit une seule feuille (par exemple pour les papyrus, sansevierias, pépéromies, aloès). Comment faire se reproduire les plantes en pot ? Les jeunes boutures enracinées qui poussent à côté de la « plante mère » peuvent être immédiatement plantées dans un pot. Les boutures coupées, c’est-à-dire un morceau de pousse ou une feuille, nécessitent généralement l’enracinement dans un récipient d’eau ou l’utilisation d’un agent d’enracinement spécial pour les plantes en pot (par exemple avec des pousses ligneuses) avant d’être plantées dans le sol.

Lors du traitement printanier des plantes en pot, il ne faut pas oublier la taille des pousses apicales de certaines espèces. Cette opération est particulièrement recommandée pour les plantes qui se ramifient facilement et qui ont une croissance annuelle importante. A quoi cela sert ? Cela permet de densifier le feuillage, car de nouvelles pousses apparaissent, et de lui donner la forme qui vous convient. Quelles espèces de plantes d’intérieur nécessitent ce type de taille ? Entre autres, les crassulas, plectranthus, géraniums, cissus, lierres, scindapsus, philodendrons, tradescantias, syngoniums et ficus benjamin.

ÉTAPE 6. DRAINAGE ET PLANTATION

Passons au moment crucial du traitement printanier des plantes en pot, c’est-à-dire à la plantation. Sur le fond d’un pot de votre choix, versez une couche de drainage d’au moins 2 à 3 centimètres d’épaisseur, pour empêcher l’eau de s’accumuler autour des racines de la plante. Le drainage peut être constitué d’argile expansée, mais aussi de briques concassées, de gravier grossier ou de cailloux. Sur cette couche, versez un peu de substrat préparé spécialement pour votre plante. C’est le bon moment pour faire le test de profondeur – la plante doit être plantée à la même hauteur que dans le pot précédent (cela est clairement visible sur les tiges). Une plante enfoncée trop profond dans la terre peut entraîner la pourriture des pousses ou des tiges.

Lorsque la plante est à la bonne hauteur dans le pot après avoir été posée sur la couche de drainage et de terre, disposez les racines de sorte qu’elles soient orientées vers le bas. Ajoutez ensuite de la terre autour de la motte de racines et sur le dessus, autour de la tige ou de la pousse principale. Jusqu’à quelle hauteur faut-il verser de la terre dans le pot ? La limite doit se situer à environ 2 centimètres en dessous du bord supérieur du pot. Appuyez doucement la couche supérieure de terre à l’aide de vos doigts.

ÉTAPE 7. ARROSAGE ET CHOIX DU LIEU

Les plantes fraîchement plantées dans de nouveaux pots doivent être arrosées selon leurs besoins, donc plus ou moins abondamment. C’est aussi le bon moment pour nettoyer et dépoussiérer les feuilles. Vous pouvez le faire à l’aide d’un chiffon humide, en essuyant doucement chaque feuille. Une autre façon est de les laver sous la douche. Placez les plantes en pot côte à côte et rincez-les avec un léger jet d’eau tiède pendant environ deux minutes. Videz les soucoupes de l’excès d’eau et, une fois les plantes séchées, placez-les dans des endroits appropriés.

Au cours des premières semaines suivant le rempotage, les plantes photophiles doivent être protégées contre le rayonnement solaire direct. Pourquoi ? La plante après rempotage est affaiblie et doit « s’acclimater » au nouveau substrat, elle est donc plus sensible aux coups de soleil sur les feuilles et à leur jaunissement. Faut-il fertiliser les plantes après le rempotage ? Le nouveau substrat fourni aux plantes est riche en nutriments et en engrais. La première fertilisation doit donc être effectuée après environ 2-3 semaines.



Découvrez nos fenêtres

Commenter
Comment rempoter des plantes d’intérieur – étape par étape
En haut